Aurore COSSON
Psychologue clinicienne à Cépet

Spécialisation

Ma formation initiale me permet de travailler auprès d’enfants, d’adolescents et d’adultes. J’ai par la suite suivi des formations post-universitaires dans trois principaux domaines : la périnatalité, la parentalité et l’interculturalité.

Périnatalité

La périnatalité est définie comme l'ensemble des processus liés à la naissance, depuis la conception, jusqu'aux premiers mois de la vie du nourrisson. Cette période est plus ou moins sereine, notamment si les futurs parents connaissent des difficultés de conception, un parcours médicalisé, une grossesse difficile…. L’attente d’un enfant est synonyme de changements psychiques et d’émotions qui peuvent être douloureuses.

Parfois des blessures inconscientes ressurgissent et éloignent cette période périnatale de la joie attendue. Hommes et femmes peuvent alors être très fragilisés, voire en proie à la dépression. Consulter un Psychologue permet de mettre des mots et du sens sur ces maux. Le parent trouve alors peu à peu la sérénité et une disponibilité psychique pour son enfant.

Consultation thérapeutique avec de jeunes enfants

L’enfance n’est pas un long fleuve tranquille. Les petits s’expriment parfois par le corps (pleurs inconsolables, difficultés de sommeil, d’alimentation…) ou des comportements compliqués (opposition majeure, colères interminables, rivalités massives, difficultés de séparation…) Ces signaux peuvent amener à consulter préventivement pour retrouver des relations plus sereines et éviter que la situation n'empire.

Parentalité

Pères et mères ressentent de nombreuses pressions sociétales. Ils se « doivent » d’être de « bons parents», sous peine de craindre que leur enfant ne réussisse pas en tout point. Chaque parent éprouve plus ou moins de difficulté en fonction de son histoire, la personnalité de son enfant, si ce dernier correspond ou non à ses attentes...

Un parent peut consulter un psychologue afin de comprendre pourquoi le lien à son enfant est source de souffrance. Par ailleurs les séparations conjugales peuvent fragiliser le parent. Un divorce n’est pas nécessairement un motif de consultation pour un jeune. La souffrance est un bon indicateur sur le besoin de consulter, si elle perdure. Les séparations qui restent conflictuelles  sont plus problématiques, avec le risque que l’enfant se trouve au cœur de conflits de loyauté. Je reçois en thérapies des jeunes qui se sentent le devoir de prendre le parti pour un parent contre l’autre, ce qui devient alors un motif de consultation car il est important qu’un enfant se sente autorisé à investir ses deux parents.

Approche transculturelle

Ces formations m’ont permis de mieux appréhender les conséquences de parcours migratoires, puis d’interroger la différence entre la culture d’origine d’une famille et la culture française. Se trouve alors en jeu un processus d’assimilation de nouveaux codes, parfois opposés à ceux grâce auxquels une famille s’est construite.  Des enjeux différents en découlent selon l’histoire de chacun. Cette dimension interculturelle est d’abord une richesse, mais elle peut - de par la complexité des mécanismes qu’elle suscite - devenir source de souffrance et amener la personne à consulter un psychologue pour travailler autour de ces questions.

"Pour tirer le meilleur parti des parents nous devons leur laisser l'entière responsabilité de ce qui les regarde vraiment, l'éducation de leurs propres enfants."

D.W. Winnicott, 

Réalisation & référencement Simplébo   |   Ce site a été créé grâce à Psychologue.fr

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.